Mon niveau d’allemand…après 4 ans !

En 2013, mon compagnon et moi débarquions en Allemagne, lui avec son allemand « inné » (merci maman allemande), moi avec mon allemand LV3 quelque peu rouillé… – « euh…(H)allo, ichhh vill ein Brot-scheun, biteuh ». J’aimerais vous dire que je suis désormais bilingue en allemand, mais je n’ai malheureusement pas cette prétention !

Cet article est dédié aux quelques personnes qui me suivent depuis un petit moment et qui se demandent bien si en fait, je parle vraiment allemand; à celles et ceux qui veulent apprendre l’allemand mais qui n’osent pas le faire à cause des préjugés pourris sur la langue, et aussi à mes proches qui pensent que je suis bilingue et qui me posent la question à chaque fois qu’ils me voient (« Alors, t’es bilingue maintenant ??« ).

Ce que je fais aujourd’hui en allemand et qui ne me pose plus de problème

  • conversations de la vie de tous les jours (supermarché, médecin, coiffeur,  restaurant, soirées entre amis, etc)
  • lire des romans (j’en ai lu au moins 4 et c’est une grande fierté…)
  • aller au cinéma (mon meilleur conseil à ceux qui aiment le grand écran !)
  • regarder la télé (mais comme ça coûte cher d’avoir la télé en Allemagne, je crois que je vais arrêter…)
  • écouter la radio (« HR1, die schönsten Achtziger« )

Ce que je trouve encore difficile

    • parler en allemand au téléphone ! Je sais que je peux appeler sans problème, expliquer la raison de mon appel, etc…mais j’ai toujours cette appréhension de ne pas comprendre ce que la personne me répond au bout du fil. Voir les gens et leur parler en face à face reste encore assez important pour que je comprenne correctement tout ce qu’on me dit.

  • comprendre les forts accents ou les gens qui parlent très vite : ici, même face à la personne, si elle me parle dans un accent qui ne m’est pas familier ou trop vite à mon goût, la conversation peut s’avérer « anstrengend » 😉
  • les déclinaisons allemandes. C’est une règle de grammaire sur laquelle je bute toujours, malgré les années d’exercices au lycée et à la FAC et mon super tableau de déclinaisons (les germanistes savent très bien de quoi je parle). Il m’est tout simplement encore difficile de savoir parfois si le déterminant d’un mot est DER, DIE ou DAS, et comme les déclinaisons en découlent…et bien ce n’est pas facile, vous en conviendrez.
  • éradiquer mon accent français. C’est un de mes grands malheurs, je n’arriverai jamais à avoir les Allemands, ils me cernent au premier mot sorti ! « Oh, du bist Französin!!« . Autant en anglais, j’arrive à effacer mon accent, mais en allemand, je n’y arrive pas, et c’est assez frustrant…

Und? Was ist denn mein Niveau?

J’ai souvent du mal à savoir quel niveau j’ai atteint en allemand. L’oral, la compréhension, l’écrit…toutes ces compétences sont différentes et je les différencie énormément quand il s’agit de l’allemand. Je trouve par exemple l’écrit beaucoup plus facile, car j’ai le temps de former ma phrase, ce qui est assez important en allemand (bon par contre les déclinaisons, toujours problématiques, et encore plus à l’écrit !). La compréhension orale va parfois être plus compliquée, ça dépendra beaucoup du contexte, et il me sera plus facile de m’exprimer que de comprendre (ou l’inverse…?).

Donc quel niveau général ai-je atteint en allemand ?

Certains diraient C1, dans le sens où je prends part à des conversations naturellement, c’est plutôt fluide, je comprends bien, etc. Mais ayant fait des études de langues, je connais la description du niveau C1, et je sais que je ne suis pas aussi loin en allemand ! J’utilise l’allemand dans ma vie quotidienne, mais pas du tout à un niveau approndi/universitaire.

B2 me semble relativement plus proche de mon niveau. Même si pour des puristes de la grammaire, je fais sans doute encore beaucoup trop d’erreurs à l’oral… Tut mir leid!

J’ai suivi des cours B1-B2 en arrivant en Allemagne, et depuis je pense m’être encore améliorée. Et j’en apprends encore tous les jours !

Parfois, je me sens B1 quand mon copain m’apprend encore des mots de vocabulaire très simples ou que j’en découvre par moi-même. Et c’est à ce moment là que je m’en veux de ne pas parler allemand tout le temps ! Je l’ai déjà mentionné sur ce blog, mais je parle français à la maison et j’utilise aussi ma langue maternelle pour une partie de mon travail, donc nous sommes loin de l’immersion totale, ce qui est selon moi ma plus grande faiblesse et un frein à mon évolution. Je me suis donc finalement fait une raison, et je ne pense pas un jour atteindre un niveau parfait en allemand, à mon grand regret !

Mais malgré ce bilan qui peut sembler quelque peu négatif, il faut savoir que c’est pour moi une immense fierté de me dire aujourd’hui : je parle allemand !! Je n’aurais jamais pensé atteindre un tel niveau dans cette langue dans ma vie et je suis heureuse de m’être donnée ce défit ! Vivre en Allemagne y a joué un rôle majeur, bien sûr. Quoi de mieux que d’apprendre sur le terrain ? Apprendre l’allemand est désormais un des challenges que je peux rayer de ma Bucket List, ziemlich cool, oder?

Ce qui m’a aidée à m’améliorer rapidement au début

  • mes cours d’allemand, à raison de 5 fois par semaine, pendant 2 mois. Ca m’a remis dans le bain tout de suite et j’ai pu communiquer avec les autres personnes du cours, ce qui était plutôt pas mal étant donné que je n’avais pas beaucoup l’occasion de communiquer à mes débuts en Allemagne !
  • l’écoute : c’est en écoutant les gens parler dans les transports ou autour de moi que j’ai appris pas mal d’expressions du quotidien ! Notamment ces petits mots idiomatiques comme genau, ach so, na ja, etc. Personnellement, j’aime beaucoup écouter les conversations téléphoniques (je fais abstraction sur le voyeurisme en me confortant dans le fait que c’est pour apprendre l’allemand ^^), elles sont presque construites uniquement sur du language courant et pratique.
  • la famille allemande de mon compagnon. Il n’y a pas de doute, ça aide et ça motive !

Et vous ? 

Je serais intéressée de savoir ce qui vous, vous a aidé à apprendre l’allemand et si vous avez des conseils à tous ceux qui voudraient se lancer dans cette belle aventure ! Les commentaires sont faits pour ça. 😉

 

 

 

Publicités

17 réflexions au sujet de « Mon niveau d’allemand…après 4 ans ! »

  1. Je me sens un peu pareil pour l’anglais. J’appréhende toujours le téléphone et j’aime avoir mon compagnon dans les parages au cas où…j’ai toujours l’accent français aussi…En revanche, ce qui m’embête c’est l’impression de ne pas augmenter plus que ça mon vocabulaire qui reste assez basique. J’aimerais apprendre plus de mots pointus ou soutenus mais ce n’est pas le genre de chose que l’on entend souvent dans la vie de tous les jours…

    J'aime

  2. N’essaye pas éradiquer ton accent français. Das ist kein Fehler. Das ist ein feature. J’adore l’accent français. Et la plupart des allemands aussi, je crois. 😊

    J'aime

  3. Ah l’accent, heureusement que les allemands le trouve charmant car même après 10 ans, je n’ai pas réussi à m’en débarrasser. Le plus difficile pour moi, c’est l’écrit, la rédaction. Mais le plus important, c’est de comprendre et de se faire comprendre, oser, ne pas avoir peur de parler. Bravo pour les progrès et viel Spass en Allemagne!

    Aimé par 1 personne

  4. Moi c’est pareil…je ne suis pas à l’aise au téléphone…par contre en conversation je sais que je fais des fautes mais tant pis…cela fait partie du charme et comme ils parlent très peu notre langue et souvent peu aussi l’anglais…aucun complexe à avoir ! Bises

    J'aime

    • Ah j’imagine que ça dépend où on vit en Allemagne, car à Francfort c’est tellement international, que tout le monde parle au moins 3 langues, et malheureusement souvent français (ah ah)! Mais il faut parler allemand, je suis d’accord ! Notre accent et nos erreurs font toujours des ravages dans tous les cas. Bis bald!

      J'aime

  5. Tu m’as rassurée avec ton article. En effet, cela fait deux ans que je suis en Allemagne et je cherche encore beaucoup mes mots. Je pense d’ailleurs qu’il me sera compliqué de tout connaître même après 10 ans !!! Je fais énormément de fautes mais l’essentiel c’est : « d’essayer ». Au tout début, j’avais un réel problème avec mes fautes -> la peur des autres. Et puis, je me suis dit « tu t’en fiches on te comprend ». Les cours d’allemand m’ont été d’un grand secours (je remercie les cours intensifs). Ensuite j’essaie de m’améliorer en parlant avec les commerçants de quartier comme le boucher, le boulanger ou même les maraîchers. Je parle aussi beaucoup allemand avec mes amis (aux oubliettes l’anglais que de l’allemand). Merci beaucoup pour cet article très enrichissant. Tschuusssseeee

    J'aime

    • C’est cool que tu favorises l’allemand à l’anglais, car si tu as commencé à beaucoup utiliser l’anglais, ce n’est pas facile de faire le pas et de changer les choses, alors félicitations ! Surtout que les Allemands sont généralement très contents de pouvoir parler anglais (ou même français!), donc il faut être fort ! 😉 Tschüssi et à une prochaine sur nos blogs!

      Aimé par 1 personne

  6. Trop chouette comme bilan ! Tu me donnes envie de faire le même article sur mon blog 😀 Je suis exactement au même niveau que toi, sauf que je suis vraiment encore plus anxieuse que toi pour le téléphone. Je déteste ça, même pour faire une réservation au restaurant.
    Bizarrement j’ai également un petit accent francophone quand je parle allemand mais il est moins prononcé que l’accent français, peut-être parce que je suis belge?
    Mais, j’ai la même phobie quand je dois parler portugais. Avec l’anglais, c’est bon, je suis passée par dessus!
    Dis, on se voit quand? 😀
    Félicitations pour tes progrès et courage pour la suite de ton apprentissage 🙂 !

    J'aime

    • Merci pour ton commentaire, et pas de problème pour faire le même article sur ton blog, au contraire !
      Je vais sans doute aller à Düsseldorf avec mon copain fin juin/début juillet, peut-être qu’on pourrait caser un café quelque part à un moment donné…? Je te retiendrai au courant ! N’hésite pas aussi à me contacter sur ma page Facebook 😉 Peut-être à bientôt et bonne continuation à toi aussi !

      Aimé par 1 personne

      • Bonne idée 😊 Je devrais être la. Dis moi si tu es à la recherche d’adresses en particulier ! Je t’ai également envoyé un mail aujourd’hui à propos du Frankfurter Buch Messe!

        J'aime

  7. Pareil, je déteste parler au téléphone! Je n’ai plus de problèmes en soi, mais c’est une chose que je n’aime pas!
    Bon de toute façon, j’ai bien mis 5/6 ans pour me considérer comme bilingue, ça vient avec le temps et surtout, en immersion total (ça fait presque 4 ans que je parle 95% du temps en allemand, mon mari, sa famille et tout mon entourage ne connaissant aucun mot de français).

    Aimé par 2 people

  8. Je pense en etre au meme point que toi, c’est plutot rassurant. Par contre mon chéri est aussi francais, donc on est bien forcés de demander les choses chacun à notre tour!
    J’ai décidé de vivre mon accent comme un atout,comme ca je me concentre plutot sur le reste. Et puis ca fait un bon sujet de discussion pour briser la glace 😉

    Aimé par 1 personne

  9. Très bel article ! Je m’y retrouve sur pas mal de points, notamment l’accent français… mais il faut dire qu’il « klingt so schön » pour les Allemands et ne pose pas de problème pour se faire comprendre que cela fait peu de motivation pour le perdre 😉 J’ai moi aussi parfois l’impression que mon niveau varie tellement selon les domaines et les situations !
    Sinon ce qui m’a aidée à apprendre l’Allemand, ce sont bien sûr mes sept années de LV1 (et les professeurs formidables que j’ai eus)… mais en arrivant en Allemagne sept ans après mon bac, j’ai eu l’impression de devoir tout réapprendre, on oublie vite !
    Quant à livrer un conseil pour ceux qui voudraient se lancer dans l’aventure : jetez-vous à l’eau, même face à un interlocuteur de « petit niveau », les Allemands sont très enthousiastes et encourageants !

    J'aime

  10. Hallöchen, salut,

    j’habite à Francfort depuis un peu moins de 2 ans et c’est, à peu de choses près, le même constat que toi.
    Il m’est très difficile d’être spontané dans les conversations, et notamment difficile de m’intégrer dans un groupe de discussions.
    Le téléphone, je déteste, ça me stresse plus que tout. Même en tant que « faux » timide, je préfère de loin converser avec la personne en face à face.
    J’ai l’impression de me mettre énormément de pression en public, si bien que mon niveau s’en voit rabaissé.
    Mais comme disait quelqu’un plus haut, il ne faut pas chercher à éradiquer l’accent français, ça fait partie de nous, et il est très souvent apprécié, et sujet à briser la glace.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s